10Jan/120

F2R201A – OSPF (15/23)

On peut passer aux choses sérieuses en regardant un protocole de routage qui resiste au facteur d’échelle. En fait, on voit qu’un protocole de routage comme OSPF (ou IS-IS)  est en réalité un protocole de synchronisation de base de données, le calcul de la FIB intervient en second en utilisant l’algorithme des plus courts chemins. Dans cette partie du cours nous nous focalisons sur la seconde partie en supposant qu’une baguette magique aide pour que tous les routeurs aient de manière fiable l’ensemble des connaissances locales de routeurs du réseau. A partir de ces information on peut construire un plan du réseau et calculer le plus court chemin vers tous les préfixes du réseaux et déterminer le Prochain Saut que l’on placera dans la FIB.

Les algorithmes d’inondation et de calcul des plus courts chemins,vu précédemment ne sont pas très scalables et doivent être relancés à chaque fois qu’une interface change d’état puisque tous les routeurs doivent travailler sur la même vision du réseau pour éviter les boucles de routage. Pour rendre le réseau plus scalable et introduire de la stabilité et de l’agrégation, le réseau peut être divisé en aires.

This content is published under the Attribution-Noncommercial-No Derivative Works 3.0 Unported license.

Tags: ,

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *